Délégationde l’Essonne

Crise sanitaire

Des liens fructueux avec les communes

Le confinement lié à cette crise sanitaire a pour beaucoup développé nos liens avec les centres communaux d’action sociale (CCAS). Etre la voix des personnes les plus précaires lorsque l’on est mandatés au sein des CCAS facilite et permet de mettre en place des mesures en leur faveur. Trois exemples : Soisy-sur-Seine, Gif-sur-Yvette, Palaiseau

publié en avril 2020

À Soisy-sur-Seine

La mairie de Soisy-sur-Seine a été très réactive en conviant les bénévoles à différentes rencontres. Elles se font par visioconférence. La mairie a livré à toutes les familles signalées par les associations, un colis alimentaire bien conséquent en début de semaine dernière. Le CCAS a aussi le souci des familles à faible quotient familial. Les bénévoles ont déposé dans les boites aux lettres des personnes connues par leur accueil, les chèques services, les informations de la mairie, des attestations de sortie et les coordonnées des bénévoles pour toute urgence. La mairie a mis des affiches dans tous les lieux publics ainsi que dans les immeubles afin d’informer les familles sur tous les contacts possibles. Les familles sont rassurées pour une petite quinzaine. Geneviève Dellinger, responsable de l’équipe

À Gif-sur-Yvette

Dès le 17 mars, nous avons décidé de porter individuellement des colis alimentaires et chèques-service aux personnes en grande précarité que nous accompagnions depuis plusieurs semaines, avec toutes les règles de prudence. Nous fixons des rendez-vous par téléphone pour informer du dépôt du colis, sur le pas de porte, sans contact direct. Nous avons immédiatement informé les assistantes sociales du CCAS et de la MDS de notre disponibilité pour ce type d’aide. Elles nous sollicitent régulièrement chaque semaine, par téléphone, pour prendre en charge de nouvelles personnes. De son côté, la mairie de Gif-sur-Yvette a pris l’initiative d’aider les familles en situation précaire dont les enfants fréquentent habituellement les cantines des écoles maternelles et primaires et qui sont confinés à la maison. Des chèques-service échangeables dans les trois boucheries de Gif-sur-Yvette et dans les deux commerces de fruits et légumes sont édités et remis aux familles pour une valeur de 120 à 180 € par enfant, en fonction du quotient familial. Ce choix particulier a été fait pour inciter les familles à nourrir les enfants d’une alimentation équilibrée. La possibilité d’étendre l’échange de ces chèques en grandes surfaces a été discutée en réunion virtuelle du CCAS, elle pourra être envisagée plus tard, en fonction du retour d’expérience. Pour les enfants inscrits régulièrement à la crèche, il a été décidé de fournir gratuitement des couches et 20 € en chèques-service. Les cantines des collèges et des lycées sont gérées respectivement par le département et la région, ce qui explique que la mairie ne peut pas directement intervenir pour les enfants collégiens. Nous remercions la mairie de Gif-sur-Yvette de l’étroite collaboration que nous entretenons avec ses services sociaux, depuis plus de vingt ans ! Michel Roger, responsable de l’équipe

À Palaiseau

Pendant le confinement, notre équipe a essayé de garder un contact téléphonique avec les personnes qu’elle suit, et maintenir la relation avec les services sociaux. Ayant appris que le CCAS organisait une distribution alimentaire une fois par semaine, nous en avons informé les personnes en situation précaire que nous accompagnons. Et cela se renouvelle chaque semaine. Nous avons maintenu le contact avec la présidente du CCAS en lui expliquant que le Secours Catholique avait décidé de développer en priorité la distribution de chèques-services, mais que cela pesait sur nos finances. Elle a alors proposé d’augmenter de 50 % la subvention de l’année 2020 attribuée par la mairie à notre équipe. Cette augmentation a été validée lors du conseil municipal du 24 Avril. Bruno Vanier, responsable de l’équipe

Imprimer cette page

Faites un don en ligne