Délégationde l’Essonne

Équipe Enfance famille

Maria, une super maman

Témoignage

Marie-Agnès MARION, bénévole engagée dans l’équipe Enfance famille du Secours Catholique de l’Essonne, a fait la connaissance de Maria en 2011 lors d’une demande d’accueil familial de vacances pour son fils aîné. Puis elle a accompagné cette maman dans la recherche de solutions à ses difficultés. Elle en parle.

Maria est dépannée régulièrement par une équipe locale du Secours Catholique par des chèques services et pour la rédaction de ses courriers.

Quand j’ai fait sa connaissance, elle venait d’avoir un deuxième enfant. Elle vivait seule après un passé de violences dans un petit deux pièces et travaillait à mi-temps à 1 heure et demie de trajet de chez elle. Très anxieuse à l’idée de laisser partir son fils dans une famille de vacances, elle a été rassurée après avoir rencontré la famille nantaise qui l’accueillera.

Au départ de la bénévole qui suivait cette maman dans ses démarches, j’ai assuré le relais pour l’accompagner dans la recherche de solutions à ses difficultés. En parallèle, mandatée par l’équipe pour démarrer le dispositif des vacances en famille, je lui ai proposé de partir dans une location gérée par une association qui accueille les familles à leur arrivée. Elle sera une des premières à en bénéficier. C’est une bouffée d’air qui lui a redonné le moral et lui a permis d’affronter les temps difficiles.

Soutenue par l’assistante sociale, elle a déposé une demande de logement. Quand celle-ci a abouti, elle n’a pas pu assurer le double loyer et le prix du montage des meubles acquis grâce à une aide de la caisse d’allocations familiales. Avec le soutien financier du Secours Catholique, elle a pu déménager. Elle est heureuse, mais les fins de mois sont interminables. Le budget est consacré en partie aux prélèvements bancaires. Il faut sans cesse adresser des courriers pour les différer après la paye…et non avant.

Connue pour sa ténacité par le centre communal d’action sociale (CCAS) à qui elle demande parfois de l’aide, on lui a proposé un emploi à la cantine de l’école, mais seulement à mi-temps durant le temps scolaire. Sur place, elle a pu ainsi assurer le suivi de son deuxième enfant auprès d’une orthophoniste deux fois par semaine. Elle a accepté de remplacer ses collègues en leur absence et de faire le ménage à la mairie pour boucler les fins de mois. Son responsable lui a fait espérer un emploi à temps plein, de portage de repas si elle obtenait son permis de conduire. Malgré ses difficultés de lecture, elle a eu son code du premier coup.

Mi 2020, on lui a découvert un diabète. On a revu ensemble son alimentation. Lors de notre dernier rendez-vous, on a ensemble cuisiné une soupe et rempli le dossier de prise en charge du handicap de son fils.

Et victoire ! Aujourd’hui, elle a signé son contrat d’embauche à la cantine, de 30 heures par semaine, pour toute l’année.

Marie-Agnès MARION

Imprimer cette page

Faites un don en ligne